Trois questions à Ciné-ma différence Tours

Marie Bertin, bénévole aux Studio, présente le cinéma qui co-organise, en partenariat avec l’ADAPEI 37 et le soutien de la Ville de Tours, les séances Ciné-ma différence à Tours.

Quelles sont les activités des Studio ?

Les Cinémas Studio sont actuellement le plus grand complexe Art et Essai indépendant d’Europe, avec sept salles et environ 1000 fauteuils.
Indépendant, car créé en 1963 sous la forme associative et ne dépendant depuis d’aucune autre structure ou subvention pour son fonctionnement général. En effet, hormis les événements, tels que les festivals ou dernièrement les 50 ans des Studio, qui sont soutenus par la Ville de Tours, le département ou la région, le cinéma fonctionne au quotidien en autofinancement, avec la vente des billets.

Situé au cœur de la ville, dans le Vieux Tours, Les Studio ont la chance d’avoir une arrière-cour avec une terrasse et un jardin fleuri, adossés à un ancien mur d’amphithéâtre romain. Un cadre privilégié pour se détendre avant ou après une séance !
Aux sept salles des Studio, s’ajoute une bibliothèque dédiée au cinéma, avec un fonds de livres, affiches, périodiques… le plus important de la région Centre-Val de Loire. Nous y proposons du prêt de livres, de la vente occasionnelle d’affiches, ainsi que de la location de vidéos avec l’initiative “Vidéo en Poche”.
Les Studio hébergent aussi une cafétéria depuis environ 10 ans. Elle est gérée par l’association AIR (chantier d’insertion), émanation d’une initiative d’un ancien médecin psychiatre du CHU de Tours pour permettre à des personnes ayant rencontré des difficultés dans leur parcours personnel de se réinsérer dans la vie active. Les spectateurs des Studio peuvent s’y rafraîchir et s’y restaurer après-midi et soir, et à des prix défiants toute concurrence.

La façade des cinémas Studio
La façade des cinémas Studio
Le jardin des Studio
Le jardin des Studio

Au quotidien, les Studio fonctionnent avec une équipe de 17 salariés et une cinquantaine de membres actifs bénévoles. Ces derniers se partagent le travail au sein de différentes commissions, avec toujours au moins un salarié présent pour apporter son regard sur le fonctionnement, être force de propositions et faire le retour aux collègues.

La commission Programmation décide du choix des films, du nombre de semaines de passage, de leur fréquence journalière, avec la directrice adjointe qui est particulièrement en charge des négociations avec les distributeurs.
Il faut savoir qu’aux Studio, nous réalisons une programmation mensuelle. Cela signifie que nous prenons un engagement auprès des producteurs et distributeurs de garder en salle leurs films durant un mois, qu’ils fonctionnent ou non. Cela donne une vraie chance à certains films d’auteurs ayant peu de visibilité en salle par ailleurs, mais cela peut aussi nous rendre un peu fragiles face à la concurrence, notamment face aux multiplexes qui renouvellent leur programmation en salle toutes les semaines en fonction des entrées.

La commission Rédaction rédige tous les mois Les Carnets des Studio pour 20 000 abonnés. On y trouve les fiches de présentation de tous les films programmés dans le mois, des comptes-rendus d’avant-premières et de rencontres avec metteurs en scène et acteurs, des critiques de films programmés le mois précédent.

La commission Actions Culturelles coordonne toutes les animations qui rythment l’année aux Studio : festivals (Mois du film documentaire en novembre, Festival Désir…Désirs en janvier, , Festival international du cinéma asiatique de Tours en mai, etc.), séances Ciné-ma différence, partenariats avec les associations tourangelles et alentours, etc.

La commission Bibliothèque gère l’accueil et le fond de documents de celle-ci.

La commission Gestion travaille en relation avec le Conseil d’administration pour définir les orientations économiques des Studio et avec la commission Comptabilité.

La commission Communication prend en charge les relations avec les médias, l’affichage en ville et toute la conception de la communication.

La commission Jeune Public est très importante, car elle représente l’une des orientations majeures des Studio, avec la mise en place des dispositifs scolaires d’Éducation à l’image. Cette commission a aussi à sa charge la programmation des films à destination des 3 à 13 ans pour les séances du mercredi et du week-end. Ce qui représente au moins trois films par semaine.
Et depuis peu, s’est développé un sous-groupe, avec une quinzaine de jeunes, pour une programmation en direction des 13-17 ans pour la séance du samedi à 17h.
Une façon pour nous d’avoir de nouveaux bénévoles, plus jeunes et de continuer à susciter l’intérêt de ce public, souvent plus attiré par les multiplexes, que les salles Art et Essai.

Et pour finir, la commission Festivités, quant à elle, organise tous les événements autour d’un film, d’une séance : une rencontre avec le réalisateur, un temps d’échanges autour d’un verre.
Par exemple, nous avons la chance d’accueillir très souvent Lucchini, car il a une maison à 1h de Tours et nos 50 ans étaient parrainés par Bertrand Tavernier.

Bertrand Tavernier aux Studio à l'occasion de la sortie du film Quai d'Orsay
Bertrand Tavernier aux Studio à l’occasion de la sortie du film Quai d’Orsay

Pour l’accueil du public aux Studio, nous avons toujours, selon l’horaire, un ou deux salariés à l’accueil pour les renseignements et abonnements, deux ou trois salariés en caisse et des bénévoles pour l’accueil en salle.

Les Studio sont constitués de deux associations distinctes, TEC et CNP, qui définissent les principales orientations du cinéma.
D’un côté, il y a TEC, pour Technique Éducation Culture, qui se charge de la programmation et gestion des films et salles comme n’importe quel cinéma.
De l’autre côté, il y a CNP, pour Cinéma National Populaire, qui représente la partie militante et engagée des Studio. C’est ainsi que tous les jeudis, Les Studio proposent une soirée projection-débat, souvent avec des documentaires et en présence d’associations locales de l’agglomération. On y aborde des sujets d’actualité, de société tels que le droit à l’avortement, l’accueil des migrants, ou encore la prise en charge des personnes handicapées, comme il y a 2 ans avec l’Adapei.
Le Conseil d’administration des Studio est donc composé de trois membres élus par CNP et huit membres élus par TEC au cours de l’Assemblée Générale. Et pour finir, nous avons un autre organe de gestion que nous appelons le Directoire. Composés de l’équipe de direction (Directeur et adjoints) et de trois membres du bureau, le Directoire est le “cœur du réacteur”. Il se réunit toutes les semaines pour gérer les affaires courantes : un toit qui fuit, un problème de parking, le recrutement… Et cette organisation originale fonctionne depuis 1963.

Un souvenir particulier de séance ?

Il y en a beaucoup, mais le souvenir que j’ai assez récent et qui m’a beaucoup marqué est la séance avec le documentaire Marche avec les loups, avec la présence de l’ingénieur son et du compositeur de la musique pour échanger avec le public. C’est quelque chose que nous n’avions jamais fait encore à l’occasion d’une séance Ciné-ma différence. Mais c’était notre séance anniversaire donc nous voulions proposer une séance spéciale, suivi comme à notre habitude d’un goûter. La grande salle de 260 places était pleine ! Notre inquiétude était de savoir comment nous organiser pour la sortie, car le goûter est toujours apprécié de nos spectateurs, plus nombreux cette fois.
À notre surprise, tout le monde est resté ou presque. Il y a eu un échange très riche d’une heure, avec la présence aussi d’une association de protection des animaux. Une belle mixité ! Il a même fallu nous sortir de la salle pour laisser la place à la séance d’après. Une première expérience à renouveler !

Goûter d'après-séance Ciné-ma différence
Goûter d’après-séance Ciné-ma différence

Un film à recommander ?

Marche avec les loups est vraiment très bien.

Sinon, il y a un film français d’animation, La jeune fille sans mains. Un dessin magnifique, mélangeant des techniques de dessin, telles que l’aquarelle, la craie. Le sujet est dur, mais c’est fait d’une telle façon que dans la salle il n’y a eu aucune réaction de peur ou d’angoisse. L’esthétique l’a emporté sur l’inquiétant. Toutes les personnes nous disaient « Oh, c’était beau ! ».