Trois questions à Ciné-ma différence Saint-Martin d’Hères

Agathe Frys, secrétaire générale de Loisirs Pluriel Porte des Alpes, présente son association qui organise les séances Ciné-ma différence à Saint-Martin-d’Hères et à Saint-Égrève en Isère.

Comment est né Ciné-ma différence en Isère ?

Le dispositif est porté par deux associations : l’ADIMCP 38 et Loisirs Pluriel Porte des Alpes.

L’ADIMCP 38 est une association qui existe depuis 1967 et qui a été créée par des parents pour, à la base, ouvrir des établissements. Aujourd’hui, ils ont passé le relais mais continuent à œuvrer dans le champ du handicap à travers des financements, du relais d’information…

Pour Loisirs Pluriel Porte des Alpes, il y a au départ la rencontre de plusieurs familles qui partent du constat du manque d’accès à des centres de loisirs et à des solutions de répit. Nous avions des enfants de moins de dix ans à l’époque et Servane Hugues, la présidente, a eu connaissance des centres Loisirs Pluriel. Nous avons mis 4 ans pour en ouvrir un, en 2016, près de Grenoble. Les centres Loisirs Pluriel fonctionnent comme des centres de loisirs ordinaires pour des enfants de 3 à 13 ans, avec 12 enfants en situation de handicap et 12 enfants valides. Comme ils tournent au fil de l’année, on fait profiter beaucoup plus d’enfants en réalité. Très rapidement, presque dès le début, nous avons été complets au niveau des enfants en situation de handicap. Cela a été l’occasion pour moi de pouvoir y déposer mes trois enfants. J’ai un fils, Redouane, qui est polyhandicapé, et c’est génial de pouvoir le laisser au centre de loisirs avec ses frères et sœurs. Comme pour Ciné-ma différence, la logique est d’être en inclusion dans le monde « réel ».

info document - JPEG - 11.1 Mb

Nous avons même débuté les séances Ciné-ma différence avant que le centre de loisirs ait commencé. A côté de l’ouverture du centre qui a pris du temps, on organisait des sorties pour les familles : à la montagne, à la patinoire, des sorties en ville… C’est de là qu’est venue l’idée des séances de cinéma, à la base pour nos enfants, et cela s’est élargi…

info document - JPEG - 4.4 Mb

Au départ, tant pour le centre de loisirs que pour Ciné-ma différence, nous souhaitions être à Grenoble mais cela n’a pas pu se faire. Un petit cinéma municipal, Mon Ciné, à Saint-Martin-d’Hères nous a acceptés. La première séance a été super, dans une très bonne ambiance. Nous nous étions réunis pour offrir un bouquet de fleurs à Servane, tout le monde pleurait…

Un souvenir particulier de séance ?

J’ai bien aimé le premier Paddington. La salle était pleine à craquer, c’est la première fois que nous avons dû refuser du monde. Cela est toujours triste, surtout quand il s’agit de familles avec des enfants en situation de handicap. A l’issue de cette projection très joyeuse, nous avions organisé un goûter de Noël.

info document - JPEG - 1.1 Mb

J’ai aussi le souvenir d’une projection de Coco à Saint-Égrève. La municipalité et le CCAS de Saint-Égrève nous ont contacté pour nous dire qu’ils souhaitaient également des séances Ciné-ma différence. Nous n’avions pas l’habitude qu’on nous sollicite ! Pour l’association, on a tout le temps dû toquer aux portes, demander, presque quémander… Là c’était l’inverse ! Comme à l’époque les séances à Mon Ciné étaient tous les deux mois, on a alterné avec deux dispositifs distincts. A Saint-Égrève, c’est une autre échelle, avec des salariés du CCAS qui participent aux séances pour encadrer les bénévoles, j’essaye toutefois d’être présente à chaque séance.

Pendant la séance de Coco, j’avais à côté de moi un adulte en situation de handicap mental qui a commenté tout le film ! « Tu devrais faire ça… Non, là tu dois faire ça ! » Il avait le sourire et je me sentais bien à côté de lui… Je m’ennuie quand je vais à une séance « normale » maintenant, l’ambiance y est moins joyeuse. Mais grâce à Ciné-ma différence, on a pu retourner au cinéma « normal » avec mon fils, ce que l’on ne faisait pas avant. On a trop tendance à croire que des choses sont impossibles pour nos enfants, « non ça, il ne peut pas, tant pis », alors que l’on voit que l’on peut progresser, c’est une victoire !

Un film à recommander ?

Paddington ou Coco. Deux beaux films à voir en famille !