Trois questions à Ciné-ma différence Nantes

Dominique Le Berre, cofondatrice d’Un Copain comme les autres, présente l’association qui organise les séances Ciné-ma différence à Nantes.

Comment a débuté l’aventure Ciné-ma différence à Nantes ?

Cela fait bientôt 11 ans que les séances sont organisées par Un copain comme les autres. Cette association, que j’ai cofondée avec une autre maman il y a une quinzaine d’années, avait pour objectif d’intégrer nos jeunes à la vie de la commune. Nos enfants avaient environ 10 ans à l’époque et ils étaient atteints de maladies rares. Ma fille partait le matin en IME et revenait le soir et n’avait pas de vie sociale dans la commune. Jérémy, lui, a vu sa maladie se déclarer lorsqu’il avait 7 ou 8 ans et on savait qu’il n’avait que 3 ou 4 ans à vivre. Nous voulions qu’il puisse avoir des copains jusqu’au dernier jour… L’idée était d’avoir une association à l’échelle du canton pour que les enfants n’aient pas trop de route à faire pour venir et que les parents puissent se connaître, se donner des coups de main si besoin.

Aujourd’hui, on a une quarantaine de familles et on propose différentes activités pour les jeunes encadrés par des professionnels : un atelier danse, du théâtre d’improvisation, de l’escalade, de la poterie, de la musique avec le conservatoire de la Chapelle-sur-Erdre. Le sport adapté et la mosaïque, que nous proposions le mercredi, ont été arrêtés car nos jeunes sont surtout en ESAT maintenant, et nous touchons moins les plus jeunes. Nous ne sommes pas un centre de loisirs mais une association de parents et nous demandons donc aux parents de s’impliquer pour participer aux activités. Chez les plus jeunes, on remarque que les parents avaient tendance à nous considérer comme un centre de loisirs… On espère toutefois pouvoir reprendre bientôt !

Nous organisons également des après-midi karaoké, danse avec un DJ. Tout ce que peuvent faire des jeunes de leur âge et qu’ils ne peuvent pas faire entre copains et copines.

Les séances Ciné-ma différence s’inscrivaient dans notre idée d’accès à la culture, mais j’ai mis un an à trouver un cinéma qui était partant. Lorsqu’on a été mis en relation avec le Cinéville de Saint-Sébastien-sur-Loire, cela a tout de suite fonctionné. C’est un partenaire exceptionnel qui nous implique dans le choix des films, qui a aussi, par exemple, participé aux frais de notre 10e anniversaire, et dont toute l’équipe est investie. Nous n’avons pas eu de problèmes pour créer une équipe de bénévoles qui sont une vingtaine en tout et, pour la plupart, sont des anciens qui sont là depuis le début !

Atelier danse

Un souvenir particulier de séance ?

Il y en a beaucoup ! Je me souviens d’une mamie qui est venue avec une dizaine d’enfants. Elle nous a expliqué qu’elle est venue une fois par hasard à une séance et qu’elle a trouvé cela formidable. Elle a alors dit à sa petite-fille que pour son anniversaire, elle l’invitait à une séance Ciné-ma différence avec ses copines et ses copains. Elle nous a demandé de parler avec les enfants pour leur expliquer le principe. On a eu un goûter avec le groupe après la séance, c’était chouette de voir cette dame profiter de la séance pour éduquer les petits copains et copines de sa petite-fille !

Une partie de l’équipe de bénévoles

Un film à recommander ?

Le dernier que l’on a passé, Donne moi des ailes. Un film beau sur tous les plans, qui convient à tous les publics. L’image était belle, avec des paysages magnifiques, mais également une beauté du message avec la relation entre un père et son fils. Tout le monde était vraiment content à cette projection !