Trois questions à Ciné-ma différence La Rochelle

Jean-Marie Colas et Fabienne Martin présentent l’association Horizon Famille Handicap - HFH 17 qui organise les séances Ciné-ma différence à La Rochelle.

Quelles sont les activités de l’association?

Jean-Marie : Horizon Famille Handicap - HFH 17 est l’association qui a repris l’organisation des séances Ciné-ma différence depuis novembre 2019, après l’ASCL (Association Sportive et Culturelle de l’ADAPEI 17).

Resized_received_1300239810184701_2

HFH 17 a été créée en février 2018 partant du principe qu’on ne peut pas être gestionnaire d’établissements et représenter les familles en même temps, c’est un peu compliqué.
En tant qu’association gestionnaire, on peut se retrouver un peu entre le “marteau et l’enclume” dans les discussions avec l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour avoir plus de budget pour l’accompagnement des personnes, par exemple.
Or, en tant que parent, nous pouvons sortir de cette équation et apporter un regard plus extérieur, observer le travail fait par les structures, identifier et faire remonter les besoins, rapporter différentes façons de faire selon les établissements gestionnaires de nos enfants.

Le constat était aussi qu’il n’existait pas d’association sur le territoire regroupant les tuteurs familiaux. Or, en tant que parent d’un enfant en situation de handicap, quand on vieillit, on se pose beaucoup de questions pour l’avenir de notre enfant, on se demande comment passer la main, etc. Il y a souvent les frères et sœurs, mais on n’a pas forcément envie de leur faire porter cette charge. Donc on se dirige vers les associations gestionnaires de tutelle.
Dans les projets en cours à ce sujet, nous avons l’organisation d’un colloque sur les tuteurs familiaux sur le département de la Charente-Maritime, en partenariat avec l’UDAF - Union Départementale des Associations Familiales, qui gère un service de tutelle.
L’idée est dans un premier temps de se rassembler pour recueillir les histoires et les préoccupations de chacun, parents et professionnels. A savoir que plus de 50 % des tutelles sont assurées par des tuteurs familiaux, mais ils ne sont jamais représentés lors des instances à ce sujet. Puis l’année prochaine, nous organiserons le colloque autour des sujets qui auront émergé de ces rencontres.

Puis le troisième axe de HFH 17 est l’autonomie des personnes dans la cité. Nous y œuvrons principalement par l’information, des familles bien évidemment, et du grand public aussi, afin de le préparer à l’inclusion des personnes en situation de handicap. Autrement dit, travailler à l’acceptation de l’autre dans sa différence, et non pas à son intégration, où dans ce deuxième cas, c’est à la personne différente que l’on demande d’essayer de se faire une place sans gêner.
Et c’est d’ailleurs pour cela que nous avons repris l’organisation des séances Ciné-ma différence à La Rochelle. L’autonomie et l’inclusion des personnes dans la cité, c’est aussi Ciné-ma différence !

IMG_20191116_151816 (2)

Fabienne : Et la richesse de l’association, c’est qu’elle balaie tous les handicaps quels qu’ils soient, physique, intellectuel, cognitif, sensoriel. Et moi, en tant que parent d’enfants qui ne sont pas en situation de handicap, faire partie de l’association permet d’apporter parfois, plus de recul sur les situations, d’être moins dans l’émotion qu’un parent qui vit la situation au quotidien. Puis, une autre richesse de HFH 17 c’est sa bonne connaissance du territoire départemental, qui nous permet d’être ressource pour les acteurs locaux et de favoriser la mise en relation entre différents partenaires.

Un souvenir particulier de séance ?

Jean-Marie : C’était à l’occasion de notre séance avec La Reine des neiges 2. J’étais stressé, car c’était notre deuxième séance depuis la reprise de Ciné-ma différence à La Rochelle par HFH 17, et la première avec un film pour les familles et enfants, un public qui jusqu’ici venait peu aux séances. Puis l’autre multiplex de La Rochelle proposait aussi La Reine des neiges 2 en parallèle, donc j’avais peur que le public ne soit pas au rendez-vous… Au final, 120 personnes étaient présentes, avec de l’émotion durant toute la séance !
C’était la première fois que j’avais à m’occuper d’une maman avec son fils autiste, qui bougeait beaucoup. Je suis descendu les voir et je leur ai proposé de monter en haut de la salle pour que l’enfant puisse bouger plus librement. Ils sont malgré tout partis avant la fin, mais les mots de la maman ont été : «De toute façon, c’était génial. Je reviendrai. Pour une fois, j’étais tranquille, pas stressée grâce au mot de bienvenue dit à tous en début de séance.» Je redoutais un peu ces interventions, ça n’a pas été facile à gérer, mais finalement ça a été.

Fabienne : C’était lors de la séance avec le film La Belle Equipe, avec Kad Merad. Un groupe de 10 adultes de l’ESAT de Marlonges était présent. Pendant la séance, on ne les voyait pas, mais on entendait toutes leurs émotions. L’éducateur se retourne vers moi et s’excuse pour le bruit. Je lui réponds qu’il n’y a aucun souci, qu’au contraire, ils peuvent y aller, la séance est faite pour ça. Il était ravi et en a profité pour redire au groupe qu’ils pouvaient profiter pleinement du film. C’était très fort en émotion, et c’est dans ces moments-là où ça prend tout son sens de faire les séances Ciné-ma différence.
Et à la sortie, c’est aussi les “mercis” ! Moi qui suis une fan de cinéma, le bonheur se dédouble quand on le partage !

Un film à recommander ?

Fabienne : Le film Forte, que nous avons eu la chance de voir en avant-première au cinéma CGR Dragon, avant la fermeture des salles. C’est un film très léger et positif, dont le message est de partager ses différences, ne pas se mettre de barrières, toujours avancer, ne pas juger l’autre, etc. Et c’est un film qui nous parle aussi de la jeunesse.