Trois questions à Ciné-ma différence Challes-les-Eaux

Les séances à Challes-les-Eaux et à Aix-les-Bains sont portées par Culture et Loisirs Adaptés en Savoie. Chantal Di Pietro, présidente et cofondatrice de l’association, nous en apprend plus sur ses activités.

Comment a commencé l’aventure de Culture et Loisirs Adaptés en Savoie ?

L’association a été créée pour porter le dispositif Ciné-ma différence en 2015 et nous avons organisé la première séance en 2016. C’était une belle aventure ! Nous n’avions jamais créé d’association même si nous étions membres d’associations sur l’autisme ou le handicap.

Nous n’avions pas d’argent et nous avons rencontré quelqu’un du Rotary qui voulait soutenir un projet lié à l’autisme. Cela a créé une dynamique, on était sur un petit nuage pendant quelques mois !

Progressivement, nous avons décidé de ne pas nous limiter au cinéma mais nous avons attendu que les séances soient bien mises en place. Nous avons aussi créé des séances à Aix-les-Bains, en partenariat avec l’APF car nous n’avions pas d’accessibilité pour les fauteuils au cinéma de Challes-les-Eaux. Nous étions mal à l’aise de devoir laisser des spectateurs de côté.

info document - JPEG - 878.6 ko

Pour développer de nouvelles activités, nous essayons de nous appuyer sur des personnes qui ont des goûts, des contacts afin d’éviter que cela ne repose que sur le noyau de l’association. Un papa a des contacts dans une station de ski, donc cette année aurait dû être la troisième édition d’une sortie que l’on organise annuellement. Elle réunit une dizaine de familles pour une journée ,et un IME nous propose des fauteuils-ski pour pouvoir faire des descentes. Comme pour le cinéma, des bénévoles sont présents en soutien des familles pour éviter qu’elles se sentent seules pour gérer même si l’enfant reste sous leur responsabilité. C’est vraiment une journée sympa, où l’on se retrouve tous, on mange ensemble.

Nos bénévoles sont, par ailleurs, des professionnels et les parents apprécient de passer des moments en dehors des établissements avec eux, cela change du cadre habituel « éducateurs-parents ».

Dès le début, cela a été une volonté dans la création de l’association avec deux parents et deux professionnelles. En effet, dès le départ, les copines de l’IME me poussaient pour la création mais j’avais cette envie de mixité. Les professionnelles apportent une dynamique différente, elles ont une vue plus large et un regard complémentaire, différent de celui des parents.

L’association a également proposé une sortie à un festival de cirque, une sortie parapente l’an dernier et, on espère que cela pourra être maintenu, une sortie kayak au mois de juin.

info document - JPEG - 269.6 ko

Un souvenir particulier d’une séance ?

Cela reste la première à Challes-les-Eaux ! Elle a été entourée de tellement de choses que l’on a pas l’habitude de vivre… Le cinéma était partant dès le début mais c’est un cinéma municipal et les relations étaient plus compliquées avec la ville. On a finalement trouvé la bonne personne à la ville pour que cela ait lieu. Il y avait donc une pression, une tension jusqu’au bout pour que cela puisse se faire. Il y a eu beaucoup de choses organisées autour de la première, la salle était pleine ! C’était un peu magique, cela m’est resté.

Un film à conseiller ?

Ma famille et le loup a été une bonne surprise. Nous avons du mal à programmer des films en dehors de l’animation. C’est l’un des rares que nous avons passé et il y a une magie, une émotion… C’est un film humoristique, mais grave aussi sans tomber dans le pathos.


J’ai également un bon souvenir d’Arrietty, le petit monde des chapardeurs et des Paddingtons. Généralement quand les films sont mixtes entre animation et prise de vue réelle cela passe bien auprès de notre public !