Spectacles Relax à l’Opéra Comique

« Dimanches Relax » à l’Opéra Comique en partenariat avec Ciné-ma différence.
Les spectacles Relax offrent un environnement bienveillant et détendu où chacun peut vivre ses émotions sans craintes, ni contrainte. Des bénévoles y sont présents pour accueillir les spectateurs.

log OC rouge quadri copy fond transparent VF

Tout sur les spectacles Relax, inscrivez-vous à la lettre hebdomadaire d’info Ile-de-France !

Pour reserver : Cliquez ici

 : Opéra Comique
1 Place Boieldieu, 75002 Paris
Salle accessible aux personnes à mobilité réduite
Casques et Boucle magnétique
Périodicité : Trois fois par an, le dimanche après-midi
Tél : 01 71 20 22 64 / Réservation 01 70 23 01 44
Mail : relax@cinemadifference.com
Tarif : Réduit Relax
  • Le samedi 3 octobre 2020 à 15:00
    75 - Paris : Spectacles Relax à l’Opéra Comique : Le Bourgeois gentilhomme (, , )
    Lieu : Opéra Comique

    Au programme : Le Bourgeois gentilhomme

    Synopsis : Monsieur Jourdain étudie les arts et les bonnes manières, escomptant qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre et s’élever dans la société. Il est condamné à être splendidement dupé, jusqu’à croire marier sa fille au fils du Grand Turc.
    Au centre de la dernière comédie-ballet de Molière et Lully, ce bourgeois qui se rêve gentilhomme fit sourire Louis XIV : « Voilà le vrai comique et la bonne et utile plaisanterie », remercia le monarque. L’œuvre préfigure l’opéra tant musique, chant et danse s’intègrent à la trame dramatique.
    Jérôme Deschamps, qui signe un spectacle total, apporte humanité et poésie à ce rêveur de Jourdain. Marc Minkowski et les Musiciens du Louvre font rutiler cette partition festive.
    Comédie-ballet en cinq actes.
    Spectacle en français, surtitré en français et anglais.
  • Le dimanche 22 novembre 2020 à 15:00
    75 - Paris : Spectacles Relax à l’Opéra Comique : Hippolyte et Aricie (, )
    Lieu : Opéra Comique

    Au programme : Hippolyte et Aricie

    Synopsis : Le prince Hippolyte aime Aricie, belle captive vouée au culte de Diane. En l’absence du roi Thésée, disparu aux Enfers, il fait appel à sa belle-mère, la reine Phèdre. Il ne peut se douter que Phèdre, qui l’aime en secret, veut lui proposer et sa main et le trône. Mais surtout, qui imaginerait que Thésée revienne un jour du royaume de Pluton ?
    Le 1er octobre 1733 était créée, à l’Opéra, une tragédie lyrique d’une intensité si extraordinaire qu’elle changea le cours de la musique française. Hippolyte et Aricie tirait son sujet d’Euripide et de Racine. Rameau, organiste et théoricien peu connu, déjà quinquagénaire, produisait son premier opéra. Il allait désormais régner sur la scène musicale avec son orchestre descriptif et son harmonie inventive, toujours au service du drame.
    Rameau modifia son chef-d’œuvre à chacune de ses reprises. C’est la version de 1757, sans prologue, que Raphaël Pichon dirige à la tête de l’ensemble Pygmalion, dont l’orchestre joue sur instruments d’époque. Jeanne Candel, qui s’attache à faire de la musique un théâtre, ne pouvait que rencontrer Rameau le visionnaire.
  • Le dimanche 20 décembre 2020 à 15:00
    75 - Paris : Spectacles Relax à l’Opéra Comique : Fantasio (, , )
    Lieu : Opéra Comique

    Au programme : Fantasio

    Synopsis : Le jeune Fantasio a perdu le goût de la vie, il rêve de changer de peau. Justement, le bouffon du roi vient de mourir : pourquoi ne pas le remplacer ? Or personne n’aimait plus le défunt que la princesse Elsbeth, promise à une désolante union politique. Le nouveau bouffon va amener la princesse à écouter son cœur. Jusqu’où se laissera-t-elle séduire ?
    Offenbach avait rencontré Musset à la Comédie-Française et lui devait l’un de ses premiers succès. Avec ses couleurs romantiques, ce Fantasio remanié par le frère du poète l’enflamma. Mais en 1872, sa création suivait de trop près la défaite de Sedan, et le public rejeta la prétention d’Offenbach à faire autre chose que de l’opérette. La partition de Fantasio fut recyclée dans Les Contes d’Hoffmann, puis disparut en partie dans l’incendie de la Salle Favart.
    En 2017, Laurent Campellone et Thomas Jolly ranimaient ce joyau récemment reconstitué. Marianne Crebassa y incarnait avec panache le rôle-titre, créé en 1872 par la future Carmen. Donné au Théâtre du Châtelet pendant les travaux de la Salle Favart, leur Fantasio endiablé retrouve en 2020 le théâtre qui l’a vu naître.
    Opéra-comique en trois actes, sur un livret de Paul de Musset d’après la pièce d’Alfred de Musset. Créé à l’Opéra Comique en 1872.
    Spectacle en français, surtitré en français et en anglais.