Retour sur le lancement de Relax

Franck Riester, ministre de la Culture, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées, ont souligné la nécessité du déploiement du dispositif Relax lors de son lancement officiel le 18 décembre dernier à l’Opéra Comique.

Expérimenté depuis 2018 à l’Opéra Comique, le dispositif Relax propose un environnement bienveillant et détendu où chacun peut profiter du spectacle et vivre ses émotions sans crainte. Se lever pour sortir de la salle, y revenir, commenter l’action, applaudir ou rire au moment que l’on souhaite, tout cela est possible dans une représentation Relax. Cela permet un accès à la culture pour des personnes dont le handicap entraîne des comportements atypiques et qui ne peuvent aujourd’hui aller dans une représentation ordinaire. « Au premier commentaire tout haut, au premier rire « bizarre », au premier applaudissement à contretemps, les regards réprobateurs, les « chut », les réflexions déplaisantes, forcent très vite la famille, qui avait osé se risquer dans une salle de spectacle, à en sortir. Ce qui devait être un plaisir est devenu une épreuve humiliante. Et c’en est souvent fini de toute tentative de sortie en famille », rappelle Catherine Morhange, co-fondatrice de Ciné-ma différence.

Laurence Hyvernat et Philippe Miet, parents concernés par le dispositif, ont ainsi souligné la tranquillité d’esprit que leur apporte Relax et le plaisir de pouvoir assister à des spectacles avec leur enfant. Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées, a insisté sur cette dimension familiale : « Cela permet de revivre un moment très fort pour les familles, pour des frères et sœurs, et leur permet de faire une sortie culturelle. »

Les représentations Relax s’inscrivent dans le cadre de la programmation ordinaire de la salle de spectacle. Cette démarche inclusive inédite, portée par Ciné-ma différence depuis l’origine, a été particulièrement soulignée par les ministres. « Il faut absolument que nous soutenions ce dispositif, c’est extrêmement important pour faire monter le degré d’acceptation de la différence dans notre société », estime la secrétaire d’État. Un constat partagé par Franck Riester, le ministre de la Culture pour qui Relax permet de « partager une émotion avec des personnes en situation de handicap et donc de mieux les comprendre et mieux les accepter pour qu’ensemble, collectivement, nous vivions mieux en se considérant davantage, se comprenant davantage ».

Outre Paris, des représentations Relax sont actuellement proposées à Fontenay-sous-Bois, Vitry-sur-Seine et dans le cadre de la biennale Shakespeare d’Avril ! à Vincennes. L’Opéra Comique, établissement pilote, vise à terme à proposer une représentation Relax pour chaque spectacle de sa programmation comme l’a annoncé Olivier Mantei, son directeur. « Relax va permettre à celles et ceux en situation de handicap d’aller plus facilement à l’Opéra Comique et, demain, plus facilement au spectacle vivant partout en France », a conclu le ministre de la Culture.

Le lancement officiel a en effet permis de poser les jalons d’une structuration du dispositif en France. « Pour généraliser l’inclusion culturelle à l’échelle nationale, la volonté d’ouverture des établissements du spectacle vivant, la prise de conscience du grand public et l’engagement des pouvoirs publics sont indispensables », a rappelé Catherine Morhange.