La Belle Hélène

De prime abord, La Belle Hélène fait rire et chanter aux dépens d’un mari trompé. Mais ne peut-on aussi le plaindre, ce Ménélas, victime d’une fatalité qui pousse Hélène dans les bras de Pâris et entraîne les Grecs dans la plus terrible des guerres ?

Opéra-bouffe, La Belle Hélène est une parodie raffinée offrant plusieurs niveaux de lecture – et de plaisir. Nous sommes en 1864, peu après la parution des Troyens à Carthage de Berlioz et surtout en pleine libéralisation de la vie théâtrale. Offenbach et ses librettistes nous invitent à jouer de la culture classique, à y projeter nos fantasmes, nos rêves et nos doutes. Ils nous offrent, comme à leurs contemporains, l’occasion d’un rire homérique. Car à Sparte comme à Paris, et hier comme aujourd’hui, on ne reste jamais sérieux très longtemps…

Cette « revanche gagnée par le goût parisien contre l’ennui » – lisait-on dans la presse en 1864 – fut le premier succès international d’Offenbach.

Spectacle en français, surtitré en français et anglais.

Durée : 2h30min
De : Jacques Offenbach
Avec : Pierre Dumoussaud - Direction musicale & Michel Fau - Mise en scène

Prochainement sur un écran du réseau Ciné-ma différence