Fantasio

Le jeune Fantasio a perdu le goût de la vie, il rêve de changer de peau. Justement, le bouffon du roi vient de mourir : pourquoi ne pas le remplacer ? Or personne n’aimait plus le défunt que la princesse Elsbeth, promise à une désolante union politique. Le nouveau bouffon va amener la princesse à écouter son cœur. Jusqu’où se laissera-t-elle séduire ?
Offenbach avait rencontré Musset à la Comédie-Française et lui devait l’un de ses premiers succès. Avec ses couleurs romantiques, ce Fantasio remanié par le frère du poète l’enflamma. Mais en 1872, sa création suivait de trop près la défaite de Sedan, et le public rejeta la prétention d’Offenbach à faire autre chose que de l’opérette. La partition de Fantasio fut recyclée dans Les Contes d’Hoffmann, puis disparut en partie dans l’incendie de la Salle Favart.
En 2017, Laurent Campellone et Thomas Jolly ranimaient ce joyau récemment reconstitué. Marianne Crebassa y incarnait avec panache le rôle-titre, créé en 1872 par la future Carmen. Donné au Théâtre du Châtelet pendant les travaux de la Salle Favart, leur Fantasio endiablé retrouve en 2020 le théâtre qui l’a vu naître.
Opéra-comique en trois actes, sur un livret de Paul de Musset d’après la pièce d’Alfred de Musset. Créé à l’Opéra Comique en 1872.
Spectacle en français, surtitré en français et en anglais.

Durée : 2h45
De : Jacques Offenbach
Avec : Direction musicale, Laurent Campellone
Mise en scène, Thomas Jolly
Chœur, Ensemble Aedes
Orchestre de chambre de Paris

Prochainement sur un écran du réseau Ciné-ma différence